Eliminatoires CAN-2019 : Les verts aujourd’hui à Banjul

0
41

Il est certain que les choses sérieuses vont commencer, dès aujourd’hui, date du départ des Verts pour la capitale gambienne Banjul, où aura lieu l’importante rencontre contre la Gambie, ce samedi.

Il est évident que tout le monde souhaite que les nôtres négocient comme il se doit cette sortie dans un pays où il n’est jamais facile de revenir «sans casse».
Ce pays touristique très apprécié par les touristes européens du fait qu’il est très beau a toujours montré une grande solidité intra-muros. Il est, par conséquent, certain que nos représentants doivent être très prudents et ne pas jouer tête baissée comme s’il s’agit d’un match amical. Il est sûr que ce ne sera pas une simple formalité du fait que les Verts n’auront que 48 heures pour s’acclimater à cette rencontre, la deuxième de ces éliminatoires de la CAN-2019 prévue au Cameroun.  Non seulement, la chaleur y sévit, mais surtout l’humidité. Saâdane, l’actuel DTN et ex-entraîneur national, savait que cette question relative au climat est très importante du fait que l’humidité est très forte dans ce pays. Elle ne vous permet pas d’évoluer comme vous le voulez tellement le «maillot» vous «colle» à la peau pour vous mettre dans une gêne indescriptible.  C’est vrai que nos capés et aussi leur entraîneur, Djamel Belmadi, ont fait montre d’un optimisme presque béat.
C’est vrai aussi que l’ex-sélectionneur  du Qatar n’a pas l’expérience de l’Afrique, mais il fera confiance à ses poulains qui en ont. Certes, les détracteurs vous diront que c’est insuffisant, mais, en ce qui le concerne, il est certain de ce qu’il va faire avec son groupe ce samedi devant cette équipe gambienne qui est loin d’être sereine, eu égard à ce qui s’y passe dans ce pays.
Ceci dit, Belmadi a prouvé, dans sa deuxième conférence en un mois, qu’il ne craint pas d’affronter les journalistes.
Bien au contraire, il veut les mettre au courant sur tout ce qui concerne l’équipe nationale. Sur ce plan, il a gagné certainement un point qui aura son pesant d’or dans la relation entre staff technique des Verts et journalistes qui sont la «courroie de transmission» entre les uns et les autres.
Suite à cela, il y a lieu d’être optimiste tout en restant sur ses gardes en raison des conditions climatiques qui ne seront nullement un point négligeable.
Bien au contraire, surtout que nos capés avaient montré par le passé des difficultés à bien se «mouvoir» en Afrique où il faudra s’attendre à tout. L’un des points qu’il ne faudra pas sous-estimer demeure l’arbitrage.  On avait eu durant les éditions précédentes à subir ses aléas. Il peut avoir des influences négatives sur le déroulement d’une rencontre, et ce quelle que soit la valeur de votre équipe.
C’est pour cette raison qu’il faudra être «rusé», tactiquement s’entend, dans l’optique de faire le «plein» qui demeure l’objectif immédiat à atteindre par Belmadi et notre sélection nationale. De plus, il ne faut pas oublier que les Verts possèdent déjà trois points suite à leur victoire devant le Togo de Claude Leroy sur le score de 1 à 0, à l’époque où les Verts étaient drivés par Lucas Alcaraz, l’Espagnol.

Laisser un commentaire