Condor mise sur un chiffre d’affaires à l’export de 500 millions de dollars en 2022

0
150

Condor Electronics mise sur une stratégie de plus en plus agressive afin de garantir son expansion à l’international. Le  président du conseil d’administration du groupe privé algérien, M. Abderrahmane Benhamadi, a d’ailleurs fixé des objectifs pour le moins ambitieux. S’exprimant vendredi lors de l’IFA 2018 (grand messe berlinoise de l’électronique grand public), M. Benhamadi a annoncé que l’objectif du groupe est d’atteindre un chiffre d’affaires à l’export de 500 millions de dollars à l’horizon 2022, estimant que cet objectif « est tout à fait réalisable ». Celui-ci a d’ailleurs expliqué aux journalistes que le groupe a réalisé une croissance de 150 % du chiffre d’affaires à l’export au premier semestre 2018, lequel a atteint 20 millions de dollars. M. Benhamadi table sur des prévisions de clôture pour l’exercice 2018, de 40 à 50 millions de dollars. Celui-ci rappelle que sur le segment téléphonie, l’Allure M3, doté d’intelligence artificielle, est d’ores et déjà commercialisé en Algérie, en Tunisie et en France. Aussi explique-t-il que malgré des débuts fastidieux dans l’Hexagone, Condor Electronics a réussi à tisser des partenariats avec les principaux distributeurs. Pour M. Benhamadi, « il n’y a plus de problème de distribution, mais d’approvisionnement » sur le marché français. Sur le segment électroménager, Condor mise sur son partenariat avec l’italien Nardi, devenu une filiale du groupe algérien, pour aller à la conquête des marchés internationaux. Si un premier show room pour les produits Nardi doit ouvrir ses portes  le 13 septembre à Alger, Condor entend entamer les exportations dès le mois de septembre, d’abord vers le marché italien et l’Afrique du Nord puis vers la Russie et l’Europe de l’Est, ainsi que vers les pays de la région Mena. Il est vrai que la marque Nardi est présente dans plus de 80 pays. Aussi, Condor entend, via cette marque, miser sur la domotique et l’internet des objets, en développant des applications permettant de gérer ces équipements à distance via un smartphone Condor. Enfin, le président du groupe privé algérien a évoqué les perspectives de développement des activités du groupe dans le domaine du solaire photovoltaïque. Il a évoqué l’implication de Condor dans un projet d’électrification d’une école grâce au solaire photovoltaïque à Constantine, puis prochaine à Oum El Bouaghi, ainsi que des communes et des zones industrielles. Il estime cependant que pour le développement de cette activité à grande échelle il faudrait une certaine visibilité su le marché. Visibilité qui permettrait au groupe de doubler et même tripler sa production, ainsi que d’aller vers la fabrication locale de cellules photovoltaïques et s’inscrire ainsi sur les marchés à l’export.

Laisser un commentaire